fbpx
Une gastrite est une inflammation de l’estomac. Cette inflammation spécifique altère le fonctionnement des défenses immunitaires de l’estomac.
Résultat : l’acide gastrique qu’il contient finit par attaquer les parois stomacales qui, en réaction, déclenchent un processus inflammatoire.
Les causes les plus courantes de la gastrite sont :
  • alimentation trop acide, trop grasse, trop épicée ;
  • surcharge en médicaments acides, notamment en anti-inflammatoires (aspirine, ibuprofène…), surtout lorsque les médicaments sont pris le ventre vide ;
  • stress car cela augmente, par l’intermédiaire du système neurovégétatif, la sécrétion d’acide chlorhydrique au niveau de l’estomac (nécessaire pour la prédigestion) ;
  • mastication insuffisante ;
  • infection bactérienne, notamment à Helicobacter pylori ;
  • maladie de Biermer (anémie due à une carence en vitamine B12).
Il existe des facteurs qui augmentent le risque de gastrite :
  • alcool, café ou autres boissons acides ;
  • tabac
Les symptômes :
Les symptômes de la gastrite sont similaires à ceux que l’on retrouve dans la majorité des troubles digestifs fonctionnels , dyspepsies. Ainsi, le patient atteint de gastrite aiguë ou chronique se plaint de brûlures et de crampes au niveau de l’estomac.
Généralement, ces manifestations surviennent au moment des repas ou juste après.
Les douleurs peuvent être aggravées par l’ingestion de certains produits acides, sucrés ou alcoolisés.
La consommation d’aliments gras, elle, provoque davantage de reflux biliaires. Certaines personnes présentent également une inflammation de la langue et des aphtes.
Face à ces symptômes, il n’est pas rare qu’y soient associés une perte d’appétit et un amaigrissement. Parfois, une hémorragie de faible ampleur mais persistante se produit, provoquant une anémie par manque de fer. Dans les cas de gastrites les plus sévères, des hémorragies digestives avec vomissements sanglants peuvent survenir notamment dans le cas de perforation d’ulcère gastrique provoqué par une gastrite chronique.
Seule une fibroscopie peut déterminer le niveau de gravité de la gastrite.
Cette technique médicale consiste à introduire une caméra optique par la cavité buccale afin de visualiser l’intérieur de l’estomac. A cette occasion, le médecin pratique généralement des prélèvements tissulaires qui seront analysés afin de détecter d’éventuelles bactéries et de préciser son degré de gravité. Dans certains cas, un tubage gastrique est réalisé pour observer les troubles engendrés par la sécrétion gastrique.
Comment traiter la gastrite naturellement ?
  • Un remède efficace pour soulager l’estomac en cas de gastrite chronique est de prendre une cuillère de miel dilué dans un verre d’eau chaude le matin à jeun.
  • Un complément alimentaire : le Gastrazyme de chez BIOTICS idéal pour la protection et le rétablissement des muqueuses gastriques ou Phytogast de chez PERFECT HEALTH SOLUTIONS qui agit aussi bien face à un ulcère, des crampes gastro-intestinales ou de simples reflux gastriques.
  • En phytothérapie : on peut faire une préparation à base de Figuier, Aubépine, Tilleul et Cassis.
  • Le psyllium. Il apporte des éléments protecteurs à travers des mucilages, sorte de mucus complémentaire.
Les infusions :
L’infusion de camomille est une des plus populaires et performantes pour soulager les symptômes de la gastrite grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et digestives.
En effet, la camomille a la capacité de protéger et de réparer la membrane gastrique, ce qui fait d’elle un excellent remède non seulement contre la gastrite mais également pour combattre d’autres affections de l’estomac. L’idéal est d’en boire une par jour, après manger.
Tout comme la camomille, le gingembre est un des meilleurs anti-inflammatoires naturels. Comme le montrent ses propriétés médicinales, il s’agit d’un produit qui favorise la digestion et stimule la sécrétion de sucs gastriques.
Pour l’utiliser comme méthode naturelle pour soulager les symptômes de la gastrite, vous ne devez pas prendre plus d’une infusion par jour.
Le plus recommandé dans le cas de la gastrite est de prendre une tasse d’infusion, ou jusqu’à deux selon le type d’infusion, entre 20 minutes et une heure après le repas.
De plus, il n’est pas recommandé de prendre une même infusion pendant plus d’un mois, vous devrez réaliser une pause d’une semaine minimum avant de consommer de nouveau ce type de produits. Outre les infusions, l’eau de riz est hautement bénéfique pour le traitement de la gastrite, ainsi que la consommation de jus naturels.
N’oublions pas les vertèbres…
Aussi étonnant que cela puisse paraître, il faut savoir que la vertèbre D6 est associée à l’estomac et que dans l’ulcère gastrique, elle est automatiquement enflammée. La vertèbre induit l’ulcère et l’ulcère induit la vertèbre. La première chose à faire avant d’aller plus loin est donc de rompre ce cycle en consultant un ostéopathe, un étiopathe ou un chiropracteur.
En nutrithérapie ça donne quoi ?
Quand on est sujet à des gastrites, on ne doit pas s’affamer pendant trop longtemps : il faut manger à des heures fixes et consommer des fruits ou des jus de fruits doux entre les repas, ne pas laisser l’estomac vide longtemps et le plus important, ne jamais se coucher après avoir trop mangé ou en ayant faim. On fractionne l’apport alimentaire afin d’éviter une surcharge de l’estomac.
On évite :
  • les aliments riches en matières grasse
  • les aliments acides
  • les boissons qui peuvent irriter la muqueuse ou augmenter la production d’acide tel que le café, l’alcool, les boissons gazeuses ainsi que les jus de fruits en acide citrique
  • de boire pendant les repas
  • les aliments trop froids ou chauds
  • les sucreries, pâtisseries et chewing gums
  • de manger en même temps viandes et féculents ou viandes et fromages
On privilégie :
  • des aliments à fibre soluble qui sont plus digestible
  • des aliments riches en anti-oxydant
  • des aliments riches en oméga 3 tel que le saumon, les sardines, le thon, le maquereau, les harengs, l’huile et graines de lin, les graines de chia, les graines de citrouille.
  • consommer les fruits et les yaourts en dehors des repas
  • des fruits sans peau ou cuits
  • une mastication lente
  • boire ­6 à 8 verres d’eau par jour
N’oubliez pas de faire de l’exercice minimum 30 min 3 fois par semaine afin de pouvoir évacuer vos tensions.
Vous pouvez également pratiquer du yoga ou des techniques de respiration et relaxation en Sophrologie afin de travailler sur votre lâcher prise.
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives ou votre généraliste.

Ecrire un commentaire