fbpx

NIGHT FOOD : nourrissez votre sommeil !

Le sommeil, en naturopathie, est considéré comme l’un des 5 points cardinaux de la santé, au même titre que l’alimentation, le mouvement, la respiration et la gestion du mental.

La naturopathie va jouer sur les différents facteurs, qu’il faut connaître pour retrouver un sommeil le plus naturel possible. Le sommeil a un double rôle :

  • énergétique tout d’abord, car il permet de recharger nos batteries (nerveuses et glandulaires) ;
  • purificateur d’autre part en assurant un nettoyage quotidien organique.

Au risque de se répéter, il est important d’avoir une alimentation riche et variée afin de maximiser vos apports en nutriments, oligoéléments, vitamines et minéraux.

La première chose à réaliser dans le cas d’insomnie est une prise de sang afin de déceler d’éventuelles carences que l’on pourra supplémenter en Naturopathie.

On pense notamment au Fer, au Magnésium, au groupe de vitamines B et au Zinc qui interviennent de façon significative dans l’équilibre chimique de notre cerveau. Si l’un d’entre eux est en déficit alors on peut observer une baisse de la qualité du sommeil.

* Les aliments riches en tryptophane

Qu’est ce que le tryptophane ? Il s’agit d’un acide aminé que notre organisme a du mal à fabriquer et qui nous permet de sécréter la sérotonine, l’hormone de la sérénité. La sérotonine est un neurotransmetteur qui nous prépare au sommeil en favorisant la production de mélatonine que l’on appelle aussi « l’hormone du sommeil ».

On mise donc sur :

– les légumineuses à savoir les lentilles, les poids chiches et les haricots secs.

– les graines : courge, sésame, tournesol, sésame, lupin

– les noix de cajou

– la banane, les dattes et la mangue

– prendre un carreau de chocolat noir le soir entre 17h et 19h pour stimuler la sécrétion de sérotonine, précurseur de la mélatonine, hormone du sommeil.

– on intègre une petite portion de féculents. Un repas riche en sucres lents stimule la sécrétion d’insuline, qui facilite l’absorption de Tryptophane par le système nerveux et sa transformation en Sérotonine. Ainsi la ration de féculents participe à la restauration des réserves glycogéniques lors de la récupération, mais augmente également les phases de sommeil lent particulièrement réparatrices.

* les tisanes relaxantes

La relaxation permet de favoriser le sommeil. Certaines infusions permettent d’apporter cet état de détente propice à la phase d’endormissement. La consommation de boissons chaudes le soir au coucher est réputée pour faciliter le sommeil, ne serait ce que par un mécanisme thermique et mécanique sur les organes digestifs, éventuellement associé à des propriétés plus spécifiques.

On mise sur :

– la valériane

– la passiflore

– la verveine

– la mélisse

* On évite les repas trop copieux et trop gras le soir.

* On évite de boire du café ou de l’alcool dans la soirée

* On se supplémente en oméga 3.

Il existe une relation positive entre le taux de sérotonine et le taux d’acides gras oméga-3. Les acides gras oméga-3 réduisent la production de certaines substances produites par l’organisme, comme les prostaglandines E2. En excès, ces dernières contribuent au vieillissement des neurones et nuisent à la transmission des messagers chimiques du cerveau. Cela peut évidemment perturber le sommeil. À noter que pour maximiser l’effet des oméga-3 dans l’organisme, il faut éviter l’excès d’oméga-6, d’acides gras saturés et de gras trans.

– Sources d’oméga-3 à privilégier : Poissons gras (saumon, truite, maquereau, flétan, sardines), huile et graines de lin, huile et graines de chanvre, huile de colza, noix.

– Sources d’oméga-6 à consommer avec modération : huile de maïs, de tournesol, de carthame, de soja, vinaigrettes et mayonnaises commerciales, etc.

– Sources de gras saturés à consommer avec modération : viandes grasses, peau des volailles, fromage, crème, beurre, etc.

– Sources de gras trans à éviter : margarine dure, biscuits, beignets, gâteaux, panure, pâte à tarte, feuilletés, croissants, plats industriels déjà préparés, etc.

Et on n’oublie pas, respectez votre sommeil : comme le sommeil est organisé en cycles d’environ une heure trente, si vous ratez votre «train», il vous faudra attendre le prochain. Rien ne sert de vous coucher, vous allez vous retourner dans un sens puis l’autre et vous frustrer encore plus.

Alors dès que vous baillez et frissonnez, c’est le moment vous avez 20 minutes pour filer dormir ;-).

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives ou votre généraliste.